La classe orchestre

Tous les articles (5)
  • Extrait de la répétition du 13 décembre 2013 en public

    Par admin signoret-bruay, publié le vendredi 15 août 2014 17:15 - Mis à jour le vendredi 15 août 2014 17:55

     

    Le contenu de cette page nécessite Adobe Flash Player. Obtenir le lecteur Adobe Flash

  • Article de la Voix du Nord du 15 février 2014

    Par admin signoret-bruay, publié le vendredi 15 août 2014 16:54 - Mis à jour le vendredi 15 août 2014 16:54

    Vendredi soir, à la salle polyvalente du collège Simone-Signoret, la classe orchestre et ses vingt et un élèves, tous en classe de 5e, se sont confrontés pour la première fois au public durant deux morceaux.

    Ce concert contribuera au financement du voyage en Angleterre au printemps.

    Les spectateurs, dont de nombreux parents, ont répondu nombreux présent. Débutée en septembre, la classe orchestre répéte toutes les semaines pendant deux heures. Avant le coup d’envoi de cette classe, aucun élève ne savait jouer d’instrument à cuivre ou de percussion. Autant dire qu’ils n’ont eu que six petits mois pour découvrir leur instrument. Le jour J, aidés des intervenants du conservatoire municipal de musique de Bruay-La-Buissière, ces jeunes élèves ont réalisé deux très jolis morceaux.

    Après leur prestation, la classe orchestre a laissé place à Yesterday, un groupe de quatre musiciens venus de l’Arrageois. Batterie pour l’un et guitare pour les trois autres, le groupe a notamment repris les célèbres standards des Beatles.

    Petite déception pour les organisateurs, plusieurs parents d’élèves de la classe orchestre ont quitté la salle avant même la prestation du groupe Yesterday.

  • Article de la Voix du Nord du 11 février 2014

    Par admin signoret-bruay, publié le vendredi 15 août 2014 16:52 - Mis à jour le vendredi 15 août 2014 16:52

    La classe orchestre du collège Signoret compte vingt et un néophytes de treize ans. À raison de deux heures d’instrument par semaine depuis septembre, peuvent-ils sortir quelque chose d’audible ? Oui. Mieux que ça même, ils seront vendredi face au public pour leur première prestation.

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    C’est l’enseignante d’anglais, Alexia Lescart, qui a lancé l’idée d’associer la classe orchestre du collège au projet de concert pour le financement du voyage en Angleterre au printemps. Madiana Lorrain, prof de musique, a dit « banco ! ». « De toute façon, on avait programmé une prestation en février. Les élèves ont déjà joué face à du public lors de répétitions pour montrer comment on travaille mais là, ça sera différent. »

    Cette classe orchestre est une première expérience au collège Signoret. C’était l’inconnu, même pour Madiana Lorrain et les intervenants du conservatoire de musique de Bruay. Pas de solfège ou de gammes, que de la pratique à l’oreille. Et le résultat est impressionnant : « On ne savait pas trop à quoi s’attendre. Lors de la première répétition publique, les parents ont été surpris de voir qu’ils étaient capables de sortir quelque chose. » Aucun n’avait d’expérience musicale, mais tous étaient volontaires. « On voulait absolument des néophytes. Ils retiennent par cœur les morceaux. Ils ne répètent pas chez eux puisque les instruments offerts par le conseil général restent dans l’établissement. »

    Mardi après-midi, ils se sont retrouvés dans la salle polyvalente pour une nouvelle répétition. Ils se sont jetés sur leur instrument. « Ils montrent une grande envie de jouer. Ils sont demandeurs de plus de temps de jeu. Et pour moi, c’est très enrichissant de voir ça et d’y participer. C’est quelque chose de concret pour eux. » Vendredi, ils joueront deux morceaux ensemble mais proposeront aussi une petite mise en scène et une présentation de leur classe orchestre. L’année prochaine, l’enseignante espère pouvoir poursuivre l’aventure avec cette classe en quatrième. L’établissement obtiendra peut-être la possibilité de compléter les effectifs.

    Vendredi, ils auront la chance de se produire avant un groupe qui a commencé sur scène il y a plus de vingt ans. Yesterday est un groupe de musiciens de l’Arrageois qui reprennent les standards des Beatles. Groupe qui s’est reformé il y a deux ans après une longue interruption. La demande persistait et une fois qu’ils ont remis le doigt dans l’engrenage…

    Vendredi soir, Enfants de la classe orchestre et papys du rock partageront la scène pour une première au collège Signoret. Et si on allait y tendre l’oreille.

  • Article de l'avenir de l'artois du 26 septembre 2013

    Par admin signoret-bruay, publié le vendredi 15 août 2014 16:49 - Mis à jour le vendredi 15 août 2014 16:49

    La classe orchestre du collège Signoret a été inaugurée avec tambour et trompette ce vendredi 20 septembre. Le collège est ainsi le neuvième établissement du Pas de Calais à mettre en place une classe de ce type.

    Le Conseil Général a investi près de 16 000 euros dans l'achat des instruments, ce qui permettra à Lorrain Madiana, professeur d'éducation musicale, de proposer un enseignement musical plutôt innovant.
    Inspirée du modèle anglo-saxon, cette classe a en effet l'objectif d'amener l'élève vers la réussite scolaire par la pratique d'un instrument. La musique permet l'émergence d'un respect mutuel et d'un réel esprit de classe. Comme le souligne Lorrain Madiana, « il s'agit de pratiquer la musique ensemble et pas chacun dans son coin. La transmission se fait à l'oreille et non par l'écrit  ».
    La pédagogie de l'opération est en effet différente de ce que l'on peut observer habituellement dans les écoles de musique. En France, on apprend d'abord le solfège aux enfants. Ici, c'est par la pratique instrumentale qu'ils vont s'initier à la lecture de la musique, encadrée par deux professeurs de l'école de musique de Bruay-la-Buissière, René Taffin et Jean-Louis Delbarre.

    Chacun son instrument
    Pour ces derniers, cet enseignement est une nouveauté : « il s'agit d'apporter un bien être par la musique. C'est une autre manière d'enseigner. Nous n'allons pas donner de cours de solfège mais simplement leur apprendre à travailler à l'oreille. Deux fois par semaine, ils se déplaceront au collège pour enseigner aux élèves la pratique de deux familles d'instruments, les cuivres et les percussions, » s'enthousiasme René Taffin.
    Même enthousiasme de la part des collégiens. Ils sont vingt-deux élèves de cinquième à avoir choisi d'intégrer cette classe. Ils ont déjà eu l'occasion de manipuler et d'essayer les percussions ainsi que les trompettes, trombones et tubas. « À la première séance, ils avaient les yeux émerveillés. Ils avaient hâte de les toucher et de les manipuler. C'était pour eux Noël avant l'heure », confie la professeur d'éducation musicale.
    Le nombre d'instruments n'étant pas extensible, les élèves ont dû choisir un instrument. Choix délicat car il fallait tenir compte des capacités de chaque élève pour l'orienter au mieux. Finalement, tous ont trouvé leur bonheur. Ils sont dorénavant responsables de ces instruments.
    Lors de la réunion, Alexis est venu présenter fièrement son trombone à sa mère Alana : « Il me plaît beaucoup. Il est beau. Souffler n'est pas trop dur mais il faut que je m'habitue à coulisser ». Quant à sa mère, elle apprécie cette initiative : « c'est une belle idée. Cela permet de divertir les enfants et de les initier à la musique. Ce n'est pas évident pour lui. Il y a peu de musiciens dans la famille. Je le sens motivé et nous allons suivre ses progrès avec beaucoup d'intérêts ».
    Les futurs musiciens ont d'ailleurs vécu leur première expérience en public puisqu'ils ont joué devant leurs parents, élus et professeurs. Certes, il ne s'agissait que d'une succession de sons mais nul doute que d'ici quelques semaines de répétition, ils joueront des morceaux de manière plus harmonieuse.

    B. M.

  • Article de la voix du nord du 08 novembre 2014

    Par admin signoret-bruay, publié le vendredi 15 août 2014 16:46 - Mis à jour le vendredi 15 août 2014 16:46

    En septembre, le collège Signoret inaugurait sa première classe orchestre. Depuis,vingt-deux élèves de cinquième répètent deux fois par semaine. La rédaction les suivra tout au long de l’année. Hier matin, nous assistions à notre première répétition. Morceaux choisis.2 / 3

    « Je ne sais même pas si je vais pouvoir jouer. » Mathilde souffle, déjà. Jeudi, on lui a posé des bagues. Alors, elle appréhende la répétition. En plus, « il y a la presse ». Ses vingt et un autres camarades se sont rués sur leurs instruments. Dans cette classe, les quatre professeurs accueillent leurs disciples en musique. Et dans un joyeux bazar, l’échauffement commence par petits groupes.

    Les élèves vont apprendre un nouveau morceau, Funk d’Urbain’s Band. Tiens, ils n’ont pas de partition devant les yeux. « On leur apprend par transmission orale », précise René Taffin qui dirige l’orchestre. Le solfège, c’est pour plus tard, « pour ceux qui voudront se perfectionner ou jouer dans un ensemble ».

    Séquence 1. Le tambourinement des percussions résonne dans la chapelle. « Mezzo forte », réclame un prof. Les élèves recommencent moins fort. Aujourd’hui, ils travaillent les nuances. Mais l’acoustique de l’église amplifie la moindre note. L’endroit ne se prête pas aux répétitions. Mais serait parfait pour leur première restitution devant les parents. C’est prévu avant les vacances de Noël.

    Bouches collées et doubles mentons

    Le chef d’orchestre lève une main. Les cuivres se mêlent aux percussions. À la cymbale, on bat la mesure tout en taquinant le voisin avec l’autre baguette. Les filles la jouent studieuses et réclament le silence en même temps que les profs. « Boum ! » « Pam ! » Voilà à quoi ressemblent les consignes.

    Séquence 2. Bouches collées aux cuivres. Doubles mentons qui se forment. Baguettes en l’air. La bande reprend. Les élèves prennent de l’aisance. Ils avancent dans le morceau. « C’est mieux. La semaine prochaine, nous retravaillerons ces deux séquences et nous apprendrons la troisième. » En réponse, les collégiens soufflent une dernière fois dans leur instrument. Beau tintamarre. Mathilde se lance dans les premières notes d’Au clair de la lune. Les bagues ? Pas si instrument de torture que ça.

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs